mardi, 29 novembre 2011

IL ETAIT UNE FOIS,UN DRAPEAU

L’histoire d’un drapeau qui a défié les balles et les bombes en résistant en première ligne durant les affrontements rue Mohamed Mahmoud pour arrêter l’avancement des forces de l’ordre

Egyptian-flag-in-Tahrir-Square.jpg

« On fuyait les gaz lacrymogènes et quand on voyait le drapeau flottait, on revenait ». « Pendant cinq jours le drapeau n’a pas bougé malgré  le flot de gaz lacrymogènes,  de balles réelles et des cartouches à plombs »

Ces phrases ont été largement répétées place Tahrir pendant l’occupation qui atteint son neuvième jour, notamment par ceux qui ont choisi de résister aux tentatives des forces anti-émeute de prendre d’assaut la place en passant par la rue Mohamed Mahmoud. Cette dernière est désormais appelée, par les révolutionnaires, « la rue des yeux des martyres ».

Le drapeau de l’Égypte, sur lequel sont dessinés une croix au milieu d’un croissant de lune accompagné du mot liberté, était marqué par les traces de balles et de plombs. Sur le même mât, un autre drapeau rouge avec le portrait de Mina Daniel sur lequel est marqué « nous sommes tous Mina Daniel ». Ce drapeau a fait le tour des discussions des occupants de la place Tahrir qui voulaient tous se prendre en photo avec le drapeau.

Bassem , un des manifestant raconte ; « après que les forces de l’armé et de la police aient pris d’assaut la place, brûlé les tentes au milieu, tué des  dizaines de jeunes et jeté leur corps sur des tas de poubelle, un groupe de jeunes s’est dirigé Rue Mohamed Mahmoud  afin de former un bouclier humain pour arrêter les attaques des forces anti-émeute. Les affrontements ont duré cinq jours durant lesquelles le drapeau n’a pas bougé des premières lignes. Malgré le flot de bombes lacrymales, bien que les manifestants étaient blessés ou tombaient en martyre, le drapeau n’a pas bougé des premières lignes ».

Abdel n raconte ;  « parfois la rue Mohamed Mahmoud se vidait des manifestants à l’exception de trois personnes, l’un portait le drapeau et les autres faisaient le signe de la victoire au milieu des gaz denses qui remplissaient l’air ». Il rajoute avoir vu le jeune qui portait le drapeau recevoir plusieurs plombs de cartouche à plombs dans le dos sans bouger. Ce jeune est resté la avec son drapeau flottant. En voyant le drapeau les manifestants revenait dans la rue pour empêcher les forces de l’ordre d’avancer.

Elshourouk à dévoilé l’histoire du drapeau en rencontrant les jeunes qui ont pris la responsabilité de porter le drapeau face aux force de l’ordre et la police militaire. Tarek, un jeune musulman salafiste, et Mikael , un jeune copte, deux amis du martyre Mina DANIEL, et membres du mouvement Mina DANIEL. Ce mouvement a été fondé suite à la mort de Mina dans le but de continuer sa lutte.

Mikael explique ; « le mouvement a pour objectif de réaliser le rêve de Mina DANIEL : une patrie sans exploitation, sans oppression  et sans répression. Le slogan du mouvement est une patrie sans pauvreté, sans oppression et sans discrimination ». Mikael souligne aussi le fait que Mina luttait  pour le droit de chaque citoyen d’avoir un logement décent, un salaire correct et la liberté. Enfin il rajoute, « on continue la lutte de Mina, s’il était vivant il serait allé se mettre dans les premières lignes sans bouger et c’est pour ça qu’on porte son drapeau et qu’on se met en première ligne comme il l’aurait fait ».

Tarek , membre du même mouvement ,un des porteurs du drapeau, témoigne ; « les forces de l’ordre faisaient exprès de tirer sur le drapeau à un point qu’il est devenu plein de trous. C’était comme s’ils voulaient tuer Mina deux fois, une fois quand il était vivant et une fois à travers le drapeau ». Tarek rajoute, « le drapeau est resté inébranlable durant tous les jours des affrontements jusqu'à la construction du mur d’isolation pour empêcher les forces de l’ordre et les révolutionnaires de s’affronter ».

Enfin il souligne que beaucoup de révolutionnaire voulaient se prendre en photo avec le drapeau. « Le drapeau était parmi les symboles qui ont renforcé la détermination des rebelles et leur volonté de poursuivre la lutte pour récupérer notre liberté volée et pour venger nos martyres ».

 

*Mina DANIEL a été tué par une balle le 9/10/2011 lors du massacre de Maspero, il a été aussi, après sa mort le premier sur la liste d’accusés par le procureur  militaire en tant que responsable de ce massacre.

GetAttachment mina.jpg 

tahrir,révolution égyptienne,drapeauxtahrir,révolution égyptienne,drapeaux 

 

 

 

 

 

 

 

 Vidéo : l’armé et la force anti-émeute jetant des corps de manifestants dans les poubelles.

http://www.youtube.com/watch?v=qT2EXMLybSU&feature=related

Vidéo : début des événements ; l’armé et la police anti-émeute dispersent les occupants de la place Tahrir qui sont essentiellement les parents des martyres de la révolution et des activistes qui les soutiennent.

 http://www.youtube.com/watch?v=WarEZxFq9HQ&feature=share

http://www.youtube.com/watch?v=zJ7FHUtxePw&feature=share

Vidéo : tentative de trêve

 http://www.youtube.com/watch?v=5ZakFQKU3Lk&feature=share

Traduction de l’article publié par le journal Elshorouk le  dimanche 27 novembre 2011.par Inas

http://www.shorouknews.com/news/view.aspx?cdate=27112011&id=c7fef1f1-9b98-4868-89c9-19c524970012

Écrire un commentaire